Le mouvement Dada
Marcel Duchamp
Francis Picabia
Man Ray
Tristan Tzara
Kurt Schwitters
Actualités Dada
- Expositions Dada
-
Livres Dada récents
-
Événements Dada
-
Cinéma, musique Dada
-
Dada CD et DVD
Bibliographie Dada
Présentation Dadart
Téléchargement gratuit
Catalogue publications
Liens dadaïstes
Accueil

dadagildaeugene

Le mouvement Dada - Berlin, Cologne, Hanovre, Hollande

Berlin

Dada à Berlin

Erste Internationale Dada Messe (La Foire internationale Dada ) - 1920

L'originalité du mouvement berlinois réside dans son militantisme politique: il se trouva mêlé
aux bouleversements sociaux et à la révolution spartakiste qui accompagnèrent dans la
capitale allemande la fin des hostilités, et ses oeuvres plastiques, férocement subversives,
nous ont préservé l'image cruelle de ce crépuscule de la bourgeoisie.


Archives du XXème siècle

Dada à Berlin

Dans cette troisième émission sur dada on apprend que c'est Richard HUELSENBECK qui introduit le mot dada en Allemagne après avoir quitté Zurich en 1917. Raoul HAUSSMANN et Johannès BAADER vont alors développer le mouvement à Berlin jusqu'en 1920 où le mouvement va s'éteindre au profit de celui de Paris. Cette période est évoquée au travers des interviews de ceux qui l'ont vécue : Raoul HAUSSMANN, Richard HUELSENBECK (qui s'opposent sur la conception de dada), Walter MEHRING, Hans RICHTER et Jef GOLYSCHEFF. Un certain nombre d'oeuvres banc titrées viennent illustrer leurs propos.

18 avril 1971 : durée 59 minutes

Raoul Hausmann 1886 - 1971

Raoul Hausmann sur tumblr.com

Source complète -- des liens, des photos et des articles sur Hausmann, avec des doublons.


Peintre, photographe, théoricien d'art, romancier satirique, penseur philosophe, inventeur du photomontage et adepte des « poèmes phoniques », Raoul Hausmann est l'un des plus étonnants agitateurs d'idées de notre siècle, cofondateur de dada-Berlin, mais aussi l'un de ses plus virulents protagonistes. Dans le tumultueux Berlin de l'entre-deux-guerres, le rebelle préférait la compagnie de l'anarchiste Baader et des militants communistes Grosz et Heartfield à celle de Tristan Tzara. « Dada est plus que dada », proclamait l'iconoclaste, que le régime hitlérien classa parmi les « artistes dégénérés ». Hausmann fuit l'Allemagne nazie et finit par s'enraciner en terre limousine.

Colonna-Césari Annick, publié dans l'Express le 10/11/1994

Raoul Hausman, le roi des dadaïstes au musée d'art contemporain
Vidéo du musée départemental d'art contemporain de Rochechouart.

Raoul Hausmann se nommait lui-même le "dadasophe". Né à Vienne en 1885, celui qui fut peintre, poète, photographe, danseur, écrivain et scientifique, exerça une influence considérable sur ses contemporains. On lui doit l'invention du photomontage. En 1923, il délaisse la peinture (qu'il ne reprendra qu'en 1945) pour se consacrer à ses collages de photographies et d'illustrations de revues, auxquelles il ajoute parfois des lettres et des poèmes. Il est aussi le père de la poésie phonétique, composée d'onomatopées. Il imprimait lui-même ses poèmes sur des affiches qu'il allait ensuite coller dans les rues. En 1919, c'est lui qui créa la célèbre revue Der Dada.

Ces années passées en Haute-Vienne ont poussé le musée départemental d'art contemporain de Rochechouart à créer un fonds dès 1986. Cette collection comporte aujourd'hui plus de 600 oeuvres et documents.

Raoul Hausmann - Dada siegt!
Raoul Hausmann - Tête mécanique 1919-1920.

C'est Hans Richter et Richard Huelsenbeck qui, en 1917, importèrent le virus à Berlin où ils trouvèrent un bouillon de culture éminemment favorable dans un petit groupe libertaire composé de Raoul Hausmann, Franz Jung, Johannes Baader, George Grosz, John Heartfield et d'une dizaine de jeunes intellectuels plus ou moins frais émoulus du Sturm d'Herwarth Walden.

Raoul Hausmann et Johannes Baader, 1919

Raoul Hausmann - Le Critique d'art - Der Kunstkritiker 1919-20

Hausmann, membre fondateur du groupe dada berlinois, développa le photomontage comme outil de satire et de protestation politique. L'image du "critique d'art", quoique identifié par un timbre comme étant George Grosz, fut probablement un personnage anonyme découpé dans un périodique. Le fragment de billet de banque allemand derrière le cou du critique suggère qu'il fut contrôlé par des forces capitalistes. Les mots du fond font partie d'un poème-affiche créé par Hausmann dans le but d'être collé sur les murs de Berlin.

Raoul Hausmann - Poème phonétique - 1918

Raoul Hausmann: Dada Cino - 1920

"Il y a 40 ans, disparaissait à Limoges l'artiste dada Raoul Hausmann"

[avec photos + vidéo]

Article sur la vie de Hausmann paru dans www.lepopulaire.fr de Limoges le 31 janvier 2011
contenant des pages choisies d'un livre sur Raoul Hausmann :
L'isolement d'un dadaiste en Limousin, par Delphine Jaunasse (2002).


Raoul Hausmann et Hannah Höch au vernissage de la Foire internationale Dada, Berlin, galerie Otto Burchard, le 30 juin 1920.
Photo Robert Sennecke

Raoul Hausmann: Elasticum, 1920, collage et gouache
En remerciant la Galerie Berinson, Berlin

Otto Dix 1891 - 1969

Otto Dix - Le Tramway électrique (1919)


George Grosz 1893 - 1959

George Grosz : Man of Opinion
George Grosz : Monteur John Heartfield (1920)
George Grosz : Der Blutige Ernst

Hannah Höch 1889 - 1978

Hannah Höch a été une des rares artistes féminines à participer au mouvement Dada. Comme imprimeur, peintre, collagiste, and photomontagiste, Höch a fait partie de la renaissance intellectuelle de Weimar ainsi que du cercle dadaïste berlinois. Ses oeuvres ont documenté l'agitation politique et sociale issue de la Première Guerre mondiale, ainsi que les problèmes associés à l'accès au vote des femmes, à leur indépendance financière et à leur libération sexuelle.

Anna Therese Johanne Höch was born in Gotha, Germany, in 1889. She studied graphic arts at the College of Arts and Crafts in Berlin from 1912 to 1914 until she was recruited to work for the Red Cross during the war. Höch also trained in fabric design and textiles after her time spent in the war, working part time for Ullstein Verlag, Weimar Berlin's largest publishing empire. She created lace tablecloths and needlepoint patterning and most notably had access to the company's catalogues which she used to create her early photomontages. In 1915, Höch met Raoul Hausmann and through him became associated with the Berlin Dadaists. Hausmann and Höch, under the influence of Dadaism, perfected the art of photomontage and used it as satirical propaganda. Höch became the only female to show works at the First International Dada Fair in 1920.

In 1922, Höch ended her relationship with Hausmann and left the Berlin Dadaists. Known for her independent spirit, masculine dress, and bisexual tendencies, Höch then had a relationship with Til Brugman, the Dutch writer and linguist from 1926 to 1929. She continued to produce her own art and champion female rights until the onset of World War II when the Nazi regime banned all artistic movements, claiming them to be "degenerate." Instead of fleeing Berlin, Höch chose inner exile so she could protect her precious artwork and Dada memorabilia. After the war, Höch quietly remained in Berlin and focused on smaller works. She died in 1978 at the age of eighty-nine. The Museum of Modern Art in New York held a retrospective of her work in 1997 to commemorate her contribution to Dada and women's art as a whole. NMWA's collection includes eighteen objects created by Höch.

Ali Printz
Intern in the Library and Research Center at the National Museum of Women in the Arts

Hannah Höch - Cut with the Kitchen Knife
Hannah Höch: DaDa Dolls - 1916
Hannah Höch - DaDandy - 1919
Hannah Höch - And When You Think the Moon is Setting - 1921

Pour une vue d'ensemble de l'oeuvre de Hannah Höch, voir Le blog de Sovena


Richard Huelsenbeck 1892 - 1974

From the First German Dada Manifesto of 1918:

"Art in its execution and direction is dependent on the time in which it lives, and artists are creatures of their epoch. The highest art will be that which in its conscious content presents the thousandfold problems of the day, the art which has been visibly shattered by the explosions of last week... The best and most extraordinary artists will be those who every hour snatch the tatters of their bodies out of the frenzied cataract of life, who, with bleeding hands and hearts, hold fast to the intelligence of their time."

Poems by Richard Huelsenbeck in English translation by Johannes Beilharz:

http://www.jbeilharz.de/huelsenbeck/rh_poems.html

These poems were first published in the volume Phantastische Gebete (Fantastic Prayers) in 1916 (Collection Dada, Zurich), then reissued in 1920 in an expanded edition with illustrations by George Grosz by Malik Verlag, Berlin.

The translation is based on the text of the 1960 edition published by Arche Verlag, Zurich with a new dedication and preface by Richard Huelsenbeck.


John Heartfield 1891 - 1968

John Heartfield, de son vrai nom Helmut Herzfzeld (1891-1968) a trouvé dans le photomontage un terrain privilégié qu'il a développé au cours des années vingt en concevant les couvertures de livres des Editions Malik (Der Malik Verlag), fondées par son frère Wieland. En 1918 les deux frères adhèrent au Parti communiste naissant (KPD), et au Club Dada de Berlin (il y est le "Dada-Monteur") en même temps que George Grosz En 1919, après avoir co-édité Jedermann sein eigner Fussball, mis à l'index après sa parution, Heartfield s'est joint à Wieland et à Grosz pour fonder Die Pleite, périodique satirique et politique. Heartfield compte parmi les organisateurs de la Première Foire Internationale Dada (Die erste Dada-Messe) aux côtés du Maréchal Grosz et du Dadasophe Raoul Hausmann.

John Heartfield - Jedermann sein eigner Fussball - février 1919

Paul Citroen 1896 - 1983

Berlin 1896 -– Wassenaar 1983

Paul Citroen - Autoportrait - 1914

Paul Citroen - Lettre adressée à Francis Picabia, s.d. - Bibliothèque Doucet, Paris

La formation et la première partie de la carrière de Paul Citroen se déroulent en Allemagne, où il entre en contact dès 1914 avec Herwarth Walden et la galerie Der Sturm. Il abandonne la peinture et devient libraire. Il se trouve aux Pays-Bas en 1917, où il s'occupe aussi de commerce d'art. De nouveau à Berlin en 1918, il est pris dans le mouvement Dada : Paul Citroen est notamment lié avec Erwin Blumenfeld et George Grosz. En 1920, il collabore à l'Almanach Dada de Richard Huelsenbeck. Il réalise à ce moment ses premiers photomontages, dont les plus célèbres sont La Ville et Metropolis : ces oeuvres sont constituées de fragments de photographies représentant des bâtiments disposés sur toute la surface de façon à donner une impression d'accumulation et de chaos. Il retourne à la peinture en 1922 et séjourne au Bauhaus de Weimar, où il étudie avec Johannes Itten. Il se trouve ensuite à Berlin, puis s'établit en 1927 aux Pays-Bas, où il continuera à peindre tout en ayant une activité de photographe. De 1935 à 1960, il a été professeur à l'Académie des beaux-arts de La Haye.

Paul Citroen - Metropolis - 1923

Il retourne à la peinture en 1922 et séjourne au Bauhaus de Weimar, où il étudie avec Johannes Itten. Il se trouve ensuite à Berlin, puis s'établit en 1927 aux Pays-Bas, où il continuera à peindre tout en ayant une activité de photographe. De 1935 à 1960, il a été professeur à l'Académie des beaux-arts de La Haye.


Cologne

Peu après la déclaration de guerre, pendant qu'Arp se réfugiait en Suisse, l'artilleur Max Ernst montait au combat avec les troupes allemandes. Démobilisé au début de 1919, il revint dans sa Westphalie natale où Arp devait le rejoindre quelques mois plus tard, fort de son expérience dadaïste zurichoise.

Dans l'intervalle Ernst avait fait la connaissance à Cologne d'Alfred Grünwald, fils d'un administrateur de sociétés, fondateur de la section rhénane du Parti Communiste et connu, sous le pseudonyme de Johannes Theodor Baargeld, comme peintre et poète.

Comme les Dadaïstes berlinois, les deux hommes furent amenés à prendre part au mouvement révolutionnaire de 1918-1919. Ils éditèrent un périodique communiste, Der Ventilator, dont on ne sait à peu près rien, sinon que certains numéros atteignirent un tirage de 20.000 exemplaires, qu'il était vendu à la criée dans les rues, aux portes des usines et des casernes et qu'il aurait finalement été interdit par les forces britanniques d'occupation en 1919. [...]

Grâce à la mise en commun des ressources intellectuelles d'Ernst, d'Arp et de Baargeld, Dada devait connaître à Cologne quelques-unes des plus heureuses réussites dans le domaine du collage. [...]

Mais de toutes les expériences tentées à Cologne, celle qui reste, historiquement, la plus importante fut la fusion de ces talents distincts en une série d'oeuvres anonymes facétieusement dénommées Fatagaga ("Fabrication de tableaux garantis gazométriques"). En créant ainsi une société de production de collages collectifs exécutés avec ou sans entente préalable, les trois hommes inauguraient une technique que les Surréalistes allaient développer avec fruit ("Cadavre exquis"). Cette société fut appelée Centrale W/3 "W fûr Weststupidien, 3 für die 3 Verschworenen : Hans Arp, J.T. Baargeld und M.[ax] E.[rnst]" et se donna pour organe la revue Dada W/3, elle aussi morte en enfance.

Extrait de Michel SANOUILLET, Dada à Paris.

Max Ernst 1891 - 1976

Max Ernst par Man Ray

Max Ernst

Max Ernst - Oedipe Roi - 1922

Max Ernst

Johannes Theodor Baargeld 1892 - 1927

(Alfred Emanuel Ferdinand Grünwald)

Biographie dans Wikipedia

Max Ernst et Johannes Theodor Baargeld


Hanovre

Kurt Schwitters 1887 - 1948


Hollande

Theo van Doesburg (Christian Emil Marie Küpper) 1883 -1931

Theo van Doesburg en 1915

Biographie sur Première

Affiche de la Kleine Dadasoirée 1922