Le mouvement Dada
Marcel Duchamp
Francis Picabia
Man Ray
Tristan Tzara
Kurt Schwitters
Actualités Dada
- Expositions Dada
-
Livres Dada récents
-
Événements Dada
-
Cinéma, musique Dada
-
Dada CD et DVD
Bibliographie Dada
Présentation Dadart
Téléchargement gratuit
Catalogue publications
Liens dadaïstes
Accueil

dadagildaeugene

Livres dada récents

Céline ARNAULD et Paul DERMEE - Oeuvres complètes - Tome I - Céline Arnauld
D'origine roumaine, Céline Arnauld (1885-1952) réalisa son oeuvre de poète tout en étant la collaboratrice de son mari, Paul Dermée.

2013
Edition de Victor-Martin Smets
Classiques Garnier
6, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
606 pages
Broché
4,48 euros


Hans ARP - La Grande Fête sans fin
Traduit de l'allemand et présenté par Aimée Bleikasten

Co-fondateur du dadaïsme à Zurich en février 1916, poète et plasticien, Jean Hans Arp se considérait avant tout comme poète : « Si par impossible, écrit-il, j'étais obligé de choisir entre l'oeuvre plastique et la poésie écrite, si je devais abandonner soit la sculpture soit les poèmes, je choisirais d'écrire des poèmes. » Poèmes de langue française comme de langue allemande : lorsque Arp naît à Strasbourg en 1886, l'Alsace vit sous le régime de l'annexion par le Reich allemand. Dès l'enfance il parle allemand et français, et sait aussi l'alsacien. Adolescent, il écrit dans les trois langues. L'allemand demeure sa langue première mais ne cessera de coexister avec le français. On compte en tout une vingtaine de recueils en allemand et une dizaine en français.
L'ensemble des textes directement écrits en français ont été réunis aux éditions Gallimard dans le gros volume Jours effeuillés (1966). En revanche, la majeure partie des textes écrits en allemand reste inaccessible au public francophone. Après la mort de Jean Arp en 1966, il a fallu attendre l'initiative des éditions Arfuyen en 1983 pour que soit réalisée, par les soins d'Aimée Bleikasten, la traduction du Logbuch des Traumkapitäns (ici revue et reprise) et du poème inédit Krambol.

2014
Editions Arfuyen
Collection Neige n° 28
230 pages
ISBN 978-2-845-90194-0
13,50 euros

Hans ARP - Ovi Bimba

Ovi Bimba parcourt l'oeuvre de Arp jusqu'aux sculptures des années 1940-50, en resituant ces travaux par rapport à ceux d'autres artistes proches, dont Sophie Taeuber-Arp. Avec des textes du spécialiste de Dada Juri Steiner et plus de 80 planches en couleur.

2012
Les Presses du réel
édition bilingue (anglais / allemand)
23,8 x 30,6 cm (relié)
104 pages (107 ill. coul. et 8 ill. n&b)
45 euros
ISBN : 978-3-03764-297-9
à paraître

Hélios AZOULAY - Tout est musique

Étonnant bouquin, le dernier effort du génial Azoulay qui a la manie des « notes de bas de page pour expliquer ce que tout le monde a compris » mais dont les commentaires ne sont jamais d'une « banalité affligeante ».
En principe c'est un livre autour de la musique, mais comme tout est musique, il parle également du larynx, des Pygmées, de Thoreau, d'Auschwitz, de l'art de péter et de Ben (« le monsieur de la couverture »).
Il laisse des pages blanches, fait une bibliographie illisible, joue avec la typographie, abuse des
« ... » et des citations et montre son érudition en donnant les références à de nombreuses oeuvres tout en se moquant des diplômes universitaires. En plus c'est drôle et très dada. Il n'y manque que la musique d'accompagnement.
G.F.

2012
La Librairie Vuibert www.la-librairie-vuibert.com
16 euros
192 p.

Hugo BALL - Flametti ou Du dandysme des pauvres
"Hugo Ball, cofondateur du dadaïsme et co-instigateur du Cabaret Voltaire de Zurich, en 1916, fut avec Franz Kafka le plus important existentialiste de variétés de langue allemande, aussi bien dans sa phase dadaïste que dans sa période catholique. Dans le roman Flametti ou Du dandysme des pauvres de 1918, il rassemble un pandémonium de personnages marginaux issus du milieu des comédiens et du cirque, à propos duquel il laisse un présentateur déclarer que ces gens sont des humains plus authentiques que les bourgeois, qui parviennent apparemment à se positionner au centre. Les hommes des variétés en savent plus sur la "vraie vie" parce qu'ils sont des jetés, des précipités dans la marge, des entamés. Ces "êtres bousculés" sont ceux qui existent encore authentiquement – et ce sont peut-être les seuls. À une époque où les normaux sont voués à la folie, ils se rappellent, en dépit de leur fêlure, les possibilités meilleures dont dispose l'humanité. Ils sont les torses non archaïques qui se maintiennent en forme pour des missions inconnues. Grâce à eux, le cirque devient une église invisible. Dans un monde composé de suivistes cédant à la trahison collective de soi-même, les gens du cirque sont les seuls qui ne font pas d'esbroufe –quand on marche sur la corde en haut du chapiteau, on ne peut pas faire "comme si", même l'espace d'un instant."
Peter Sloterdijk

2013
Editions Vagabonde
256 pages
19 euros
ISBN : 978-2-919067-09-1

Vrin Diffusion-Distribution
6, place de la Sorbonne
75005 Paris
Tél. 01 43 54 03 47 / 01 43 54 03 10

Voir aussi la critique de Romaric Sangars dans Chronic'art

Voir aussi la critique de Xavier S. Thomann dans ActuaLitté

Stefan BANZ - Marcel Duchamp: 1° La Chute d'eau

Pendant l'été de 1946, Marcel Duchamp a passé cinq semaines en Suisse, dont cinq jours à l'hotel Bellevue (aujourdhui Le Baron Tavernier) près de Chexbres, sur le lac de Genéve, où il découvrit la cascade de Forestay. Aucune recherche n'avait été conduite à ce jour sur les raisons pour lesquelles cette cascade et aucune autre devint le point de depart, et finalement le paysage de Étant donnés: 1° la chute d'eau, 2° le gaz d'éclairage. Le texte précis et captivant de Stefan Banz éclaire la genèse de cet ultime chef-d'oeuvre.

2012
texte français, anglais, allemand
364 pages, illustré, relié
14 x 10.5 cm
20 euros
ISBN 978-3-86984-328-5

Serge BRAMLY - Orchidée fixe

Serge Bramly nous montre Marcel Duchamp pendant une très courte période de sa vie, quand il débarque à Casablanca en provenance de Marseille, le 21 mai 1942, avant de repartir pour New York où il arrivera en juin et y bouleversera la vie artistique. Cette escale marocaine est laissée en blanc par ses biographes, permettant à Serge Bramly, d'y glisser une fiction aussi érudite que passionnante. Pendant ces quelques jours, Duchamp "toujours partisan du moindre effort", ne fit quasi rien, imagine-t-il. L'artiste aimait flâner, regarder, et, surtout, jouer aux échecs, sa passion. Appréciant peu l'idée d'attendre dans un dortoir commun, il se lie avec un juif marocain, René Zafrany, qui lui propose de l'héberger dans un club-café à l'écart de la ville, l'Eden, où des habitués se retrouvent pour taper la carte. Duchamp y loge, dormant dans une baignoire où il somnole encore dans de grasses matinées, et passant ses journées à jouer seul avec lui-même aux échecs, à fumer le cigare, ou à faire quelques virées en ville pour y goûter un peu de haschich et le charme des bordels locaux... (suite)

2012
JC Lattès
280 pages
17.10 euros
ISBN-10: 2709633361

Voir aussi : INTERVIEW : Serge Bramly sur les traces de Marcel Duchamp

Alain BOTON - Marcel Duchamp par lui-même (ou presque)

Une nouvelle lecture des oeuvres de Duchamp.

septembre 2013
Fage Editions
264 pages
15 illustrations
28 euros
ISBN : 978 2 84975 307 1

Conférence de l'auteur pour donner une idée des enjeux de son propos.

Marcel DUCHAMP dans Les Carnets des Cahiers Philosophiques
Pourquoi Marcel Duchamp ? Ce numéro, loin de la prolifération de discours théoriques qui l'ont statufié de longue date en une figure révolutionnaire majeure du monde de l'art, est l'occasion de revenir sur les modes opératoires de Duchamp. Le goût du jeu, du jeu sur les mots, l'attrait pour la mécanique du hasard et la quête de l'individualité, fût-elle celle d'un objet produit industriellement, se combinent dans les différentes productions qu'il nous a laissées et dont le processus d'engendrement semble l'intéresser davantage que le résultat lui-même.
Duchamp ne parlait ni n'agissait au nom d'un projet théorique ni de conceptions artistiques déterminées. Ses oeuvres sont indissociables de ses manières de vivre qui sont elles-mêmes autant d'expérimentations ludiques. Sa radicalité toujours actuelle tient sans doute à cette indifférence nonchalante et aux réserves que nous pouvons en inférer quant aux usages du terme « art ».
Dossier :
· N. Chouchan, Éditorial, pp. 5-8,
· Jean-Pierre Cometti, À quoi sert Marcel Duchamp ?, pp. 9-17.
· Sarah Troche, Marcel Duchamp : trois méthodes pour mettre le hasard en conserve, pp. 19-36.
· Francis Cohen, Le ready-made : à quel titre ?, pp. 37-48.
· Frédéric Guerrin, La progéniture de Duchamp, pp. 49-63.
· Elvan Zabunyan, Striptease : désarticuler Duchamp par le genre, pp. 64-82
Situations :
· Arthur Danto, Thierry de Duve et Richard Shusterman, Autour du « monde de l'art », pp. 108-128.
Parutions :
· Note de lecture de Laure Bordonaba sur la Correspondance Marcel Duchamp – Henri-Pierre Roché – 1918-1959, pp. 129-134.

novembre 2012, numéro 131, 4ème trimestre 2012

Marcel DUCHAMP - Entretiens avec Pierre Cabanne
C'est sur le ton de la confidence et avec simplicité que Marcel Duchamp se livre à Pierre Cabanne. Nous sommes en 1966, deux ans avant sa disparition. Il retrace sa vie, celle d'un artiste qui n'a voulu ni plaire ni choquer. Celui qui a pu affirmer que "c'est le regardeur qui fait le tableau" montre une disponibilité à autrui, répond avec la plus grande honnêteté à son interviewer. Ce qui n'exclut pas les pirouettes et les traits d'ironie.

août 2014
Editions Allia
160 pages avec illustrations
15 euros
ISBN: 978-2-84485-894-8

Étant donné Marcel Duchamp n° 10

Dossier Marcel Duchamp & Gianfranco Barucello
Sommaire complet.

Raoul HAUSMANN - Hylé. État de rêve en Espagne
La première traduction française complète du « roman dada » légendaire de Raoul Hausmann,
« livre de rêves » partiellement autobiographique avec lequel le Dadasophe réhabilite, en même temps qu'il le renouvelle radicalement, le genre romanesque.
Acteur significatif du mouvement dadaïste berlinois, Raoul Hausmann est connu dans les années 1910 et le début des années 1920 pour sa production artistique des plus éclectiques : il pratique le collage et le photomontage, le poème phonétique et le poème-affiche, ainsi que la danse et la photographie. Outre ses satires sur la République de Weimar, il signe ou co-signe un grand nombre des manifestes publiés par différents groupes d'avant-garde de l'époque.
Raoul Hausmann commence Hylé. État de rêve en Espagne lors de son exil à Ibiza en 1933-1936 et travaille à ce work in progress jusqu'à la fin des années 1950, alors qu'il a choisi la France comme terre d'accueil après l'exil et la guerre. Si le livre raconte bien les années d'exil à Ibiza, il est loin de s'épuiser dans le substrat autobiographique et n'appartient à aucun genre.
Alors que les limites entre le rêve et la réalité sont rendues incertaines, le passé antique et mythologique d'Ibiza surgit dans le présent. Sans égard pour ce qu'il est convenu d'appeler
« littérature », Raoul Hausmann débarrasse au passage la langue de ses « uniformes » (syntaxe et grammaire) et n'hésite pas à lui faire revêtir les habits multicolores des langues de ses exils.
Raoul Hausmann (né en 1886 à Vienne) est l'un des principaux fondateurs, avec Richard Huelsenbeck, du mouvement Dada à Berlin en 1918. À la fin de la Première Guerre mondiale, il se lance avec ses camarades dans une redéfinition complète de l'art. Hausmann est alors un des inventeurs du photomontage et un initiateur de la poésie sonore. Au-delà de son iconoclasme affiché, Dada remet en cause les cloisonnements artistiques et la frontière entre l'art et la vie, ouvrant pour la création du XXe siècle un chantier encore inachevé. En 1933, Hausmann doit fuir l'Allemagne nazie. Après un périple européen, il trouve refuge en Limousin (Peyrat-le-Château) avant de s'installer en 1945 à Limoges où il résidera jusqu'à son décès en 1971.

Traduit de l'allemand par Hélène Thiérard
(Titre original : Hyle. Ein Traumsein in Spanien, Belleville Verlag, Munich, 2006).
Postface d'Adelheid Koch-Didier.
Avec un choix de photographies de l'auteur.
Les Presses du Réel
septembre 2013
17 x 24 cm (broché)
392 pages (16 ill. n&b)
32.00 euros
ISBN : 978-2-84066-409-3

Jean-Étienne HURET - Catalogue SurréalismeS
Ce catalogue ne concerne pas le seul Surréalisme mais aussi le dadaïsme, futurisme, cubisme et autres ismes.
On ne s'étonnera pas de trouver des livres de ou sur Aloysius Bertrand, Coleridge, Charles Cros, Jacques Doucet, George Du Maurier, Félix Fénéon, Charles Fourier, Freud, René Guénon, René Ghil, Albert Gleizes, Lautréamont, Maïakovski, Marinetti, Adrienne Monnier, Nerval, Edgar Poe, le psychanalyste Régis, le psychiatre Rogues de Fursac, Jules Romains, Walt Whitman.

Tous renseignements et demandes d'envoi :

Librairie Jean-Étienne HURET - 9, rue de la Pompe 75116 Paris
Tél : 01 40 50 15 40 – jehuret@wanadoo.fr
Catalogue consultable et téléchargeable sur www.librairie-huret.fr

Pierre JUQUIN - Aragon, un destin français

Pierre Juquin a mis au jour des inédits et des introuvables, dépouillé des archives et des collections, recueilli d'innombrables témoignages, exploré les documents qu'Aragon et Eisa Triolet - couple mythique - ont légués à la France. Il est allé jusqu'à arpenter l'herbe des champs de bataille où le médecin auxiliaire Aragon a participé aux deux guerres mondiales, avant de devenir un dirigeant de la Résistance nationale. Une monumentale et passionnante enquête qui ne laisse dans l'ombre aucune énigme, familiale, politique, littéraire ou même intime, pour livrer cette somme qui fera référence, tout en se lisant comme un roman.

2012
798 pages
Editions de la Martinière
28,41 euros
ISBN : 2732449245

Voir Pierre Juquin et Daniel Bougnoux dans une vidéo France-Culture (23 novembre 2012).

Ulf LINDE - De ou par Marcel Duchamp

Une synthèse des recherches menées depuis un demi-siècle par Ulf Linde autour de la question de la géométrie dans l'oeuvre de Duchamp.
Les principes mathématiques contenus dans l'oeuvre de Marcel Duchamp constituent pour Ulf Linde un élément clé de l'univers poétique de l'artiste. Cet ouvrage, conçu avec l'Académie Anartiste comme une véritable extension de l'exposition éponyme organisée conjointement à l'Académie royale des arts de Suède et au Musée d'art moderne de Stockholm en 2011, rassemble une riche iconographie, une documentation complète autour de l'exposition, plusieurs essais, les manuscrits inédits d'Ulf Linde, les nombreuses lettres de Duchamp à Linde reproduites en fac-similé, ainsi que divers documents historiques.

2013
Les Presses du Réel
Edition anglaise
Edité par Jan Åman et Daniel Birnbaum
21 x 28 cm (relié, couv. toilée)
276 pages (59 ill. coul. et 151 ill. n&b)
40.00 euros
ISBN : 978-3-943365-46-7

Nicole MANUCU - De Tristan Tzara à Ghérasim Luca

Impulsions des modernités roumaines au sein de l'avant-garde européenne

C'est au travers des paradoxes les plus disparates que s'écrit l'histoire de la modernité roumaine. Généralement rangée dans la famille des « petites nations », et reléguée au second plan de la périphérie culturelle, la Roumanie parviendra, au début du XXe siècle, dans le contexte des avant-gardes littéraires et artistiques, à imposer des maîtres incontestables et incontestés : il suffit d'évoquer le nom du sculpteur Constantin Brancusi et son apport fondamental à l'instauration de formes plastiques nouvelles ou celui de Tristan Tzara, synonyme de dadaïsme. Les peintres Marcel Janco, Victor Brauner et Jacques Hérold ne manqueraient pas de s'inscrire tout aussi légitimement dans cette aventure éblouissante. Non plus que Ghérasim Luca, dont l'inventivité et l'originalité poétiques ne cessent de nous bouleverser. L'irruption foudroyante de l'avant-garde roumaine sur la scène internationale est à réinterpréter à la lecture d'une histoire culturelle riche et foisonnante qui, dès ses débuts, n'a jamais cessé d'intégrer l'art mondial et de le transformer par des apports remarquables.

30/05/2014
Honoré Champion
264 pages
ISBN : 9782745326782
55 euros

Francis PICABIA - Caravansérail
A l'occasion des 60 ans de sa mort, Belfond réédite enfin l'unique roman de Francis Picabia : Caravansérail. Texte de référence épuisé depuis des années, Caravansérail est un roman autobiographique, mais aussi un document majeur où l'artiste règle ses comptes avec les principaux acteurs de dada, du surréalisme et du monde de l'art en général.
Publié à titre posthume chez Belfond en 1974, Caravansérail était épuisé depuis les années 1980. Ce projet artistique, intellectuel et patrimonial apporte sur les années 1920 un éclairage historique jubilatoire et unique. Ancien professeur à l'Université d'Ottawa, auteur d'essais sur la peinture et la photographie, Luc-Henri Mercié en a établi l'édition au début des années 1970.
Unique roman de Francis Picabia, Caravansérail a été écrit en 1924, l'année où paraissait le premier Manifeste du surréalisme. À la rigueur dogmatique de Breton, Picabia oppose son incorrigible désinvolture, choisissant en toutes circonstances la liberté et la vie, qu'il traverse à cent cinquante à l'heure dans une Mercer d'importation. « Je suis vivant » : tel est le sésame et l'ultime réponse de ce roman où il exprime l'essentiel de ses idées.
Texte autobiographique à clés et à tiroirs, Caravansérail se présente comme une série de tableaux évoquant avec causticité l'esprit d'une époque prise dans le tourbillon des avant-gardes. On y retrouve Duchamp, Picasso, Breton, Eluard, Desnos, Vitrac, Aragon, Ernst, Cendrars, Cocteau, et d'autres encore, chacun suscitant des salves bien senties. Face au surréalisme en passe de triompher, le baroud d'honneur du dadaïsme.

octobre 2013
Belfond
200 pages
18 euros

Chronique dans Focus Vif
[...] Picabia oscille d'une femme à l'autre comme il oscille entre les surréalistes et les dadaïstes. Mais c'est peut-être avec Caravansérail qu'il choisit son camp, celui de Dada, tant le roman se meut en un manifeste artistique et existentiel d'une insolence et d'une liberté aussi folles qu'hilarantes, en parfaite contradiction avec le dogmatisme des surréalistes. D'ailleurs, après qu'il l'aura donné à lire à Breton, ce dernier le taxera de "roman fort ennuyeux" et trouvera un bon prétexte pour se fâcher avec le peintre. Il faut dire que le chapitre consacré aux séances de spiritisme qu'André Breton organisait dans son atelier de la rue Fontaine, où l'on retrouve Desnos, Eluard, Aragon, Ernst et Péret, est un petit chef-d'oeuvre dans l'art de ridiculiser ses prochains. [...]
Picabia romancier : un trésor caché
par Nelly Kaprièlian dans Les Inrocks du 26 novembre 2013.
Picabia romancier !
[...] Il faut dire que dans ce Caravansérail coloré, drôle, vivant et résolument autobiographique, Picabia (nous sommes en 1924) règle ses comptes avec la papauté surréaliste incarnée par André Breton. On y croise donc le nouveau pontife et toute la colonie artiste des Années folles, Picasso, Duchamp, Max Ernst qui passait alors pour "l'Einstein de la peinture", Eluard, Desnos, Cendrars, Cocteau [...]
par Jean-Louis Ezine dans Le Nouvel Observateur du 18 décembre 2013.

Patrice QUEREEL - Marcel Duchamp l'indigène

Pour ceux qui prennent Patrice Quéréel pour un fumiste, la sortie de son Marcel Duchamp l'indigène est une gifle. Le livre est une pépite : bien illustré, un parti pris éditorial fort, le tout dans un bel objet (lire ci-dessous). Des années que le créateur du cimetière de l'art fouine et amasse tout ce qu'il trouve sur l'inventeur du ready made et de la célèbre fontaine pissotière.
Le livre est une sorte de jeu de piste dans lequel Pat Réel explore les sources d'inspiration duchampiennes. Car pour le trublion Réel, tout a un sens dans son travail : « Tout est délibérément logique, construit. Marcel avait une volonté d'intelligence. À l'époque on disait bête comme un peintre. » Ce cheminement à travers les mamelles nourricières prend nécessairement la forme d'un point d'interrogation. Comme dans toute grande oeuvre, ou comme pour tout bon joueur d'échecs, ce qu'était Duchamp, les clés sont cachées : « Aux échecs, on se tait, on ne dit pas pourquoi l'on fait ce que l'on fait, c'est à l'autre de le deviner ». [...]
Edouard Ropiquet dans Paris-Normandie le 5 octobre 2014

Patrice Quéréel explore le rapport "matriciel" entre Marcel Duchamp et la Normandie

Alors que s'ouvre à Paris une rétrospective sur l'oeuvre de Marcel Duchamp, le Rouennais Patrice Quéréel publie un livre sur l'inventeur des « ready-made ». Et il l'affirme haut et fort : « Duchamp, dès l'enfance, s'est imprégné du regardé et ce champ des découvertes a formé le terreau de son oeuvre future ». En clair, dans son « interprétation libre » l'auteur « démontre » que l'oeuvre de Duchamp est un produit du terroir normand. Il fallait oser et saluer ici le pari de l'éditeur !
Toute l'oeuvre du pape de l'art moderne découlerait ainsi des prémices absorbées dans ses années d'adolescence à Blainville-Crevon, à Rouen, à Veules-les-Roses ou à Yport. « J'ai découvert certaines de ses intentions », se risque l'auteur. Toutes les sources de l'oeuvre emblématique du Grand verre autrement dénommé La mariée mise à nu par ses célibataires, même auraient été ainsi butinées à Rouen sur le trajet de la ligne de tramway N°5 reliant la route de Neufchâtel au Madrillet. « Une explication qui frise l'évidence », se hasarde l'auteur.
Le livre objet est soigné. Intriguant et facile à lire. Les illustrations sont précises et d'excellente qualité. La couverture est massive et vient border trois tranches en noir de jais. Ce livre vient «transformer une idée en objet», se félicite la conceptrice de l'ouvrage Maddalena Marin. Une idée à mille lieux des interprétations trop souvent ronflantes des critiques patentés.
Drakkar Online du 10 octobre 2014

2014
Editions des Falaises
160 pages
39 euros

Scarlett et Philippe RELIQUET (éd.) - Correspondance Marcel Duchamp —- Henri Pierre Roché 1918-1959

En décembre 1916, Marcel Duchamp, devenu célèbre outre-Atlantique grâce à son Nu descendant un escalier exposé à l'Armory Show (1913), fait la rencontre de Henri-Pierre Roché, attaché à une mission diplomatique française aux États-Unis, collectionneur et homme de lettres, Don Juan très actif. La séduction est immédiate, réciproque. Marcel sera « Victor », et plus familièrement «Totor», pour Henri-Pierre qui est le premier des fidèles de Duchamp, et qui garde dès leur rencontre les Neuf Moules Mâlic, appelés entre eux Le Petit Verre, matrice de La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, l'opus magnum de l'artiste.
Après 1919, l'amitié se renforce à Paris, les Carnets de Roché, quelques billets, des affaires artistiques et commerciales (en particulier l'acquisition en commun des Brancusi de la collection Quinn, l'aventure des Rotoreliefs) en témoignent. Cette relation, fidèle, exemplaire, est transcrite dans une Correspondance que les circonstances de guerre après 1940, et le choix de Marcel Duchamp de vivre aux États-Unis, rendent abondante, précise, familière. L'attention extrême que Roché porte à l'oeuvre de Duchamp, et l'ironie affectueuse de ce dernier, constituent un témoignage très éclairant des relations de l'artisteà « ses choses », comme il appelle ses oeuvres, et de leur lente réception, aux États-Unis et en France, après 1945.
Roché conserve à peu près toutes les lettres de son ami. Duchamp (et son épouse Teeny) seulement celles de Roché postérieures à 1953 — date à laquelle celui-ci publie son roman Jules et Jim. Les échanges sont continus, vifs, drôles, affectueux. Ils préparent parfois des séjours de Duchamp à Paris. Ils constituent un témoignage précieux, unique, qui illustre et met en scène sans aucun fard la personnalité singulière de Marcel Duchamp, cela jusqu'à la disparition de Henri-Pierre Roché en 1959.
La publication de cette Correspondance est un apport nouveau à la connaissance de ces deux personnalités comme à l'histoire d'une amitié sans faille de plus de quarante ans. Elle contribue à la compréhension de tout un pan de l'art du XXe siècle.

2012
Mamco
304 pages, 5 reproductions en noir et blanc
22 euros
ISBN : 9782940159499

Voir la critique de ce livre par Florence de Meredieu

Voir la critique de ce livre par Laure Bordonaba

L'auteur pataphysicien s'intéresse d'abord à une porte du 11, rue Larrey à Paris dans le Ve arrondissement, un petit appartement où Duchamp vivait et qui lui servait également d'atelier. Comme l'artiste venait de se marier avec Lydie Sarazin-Levassor, il a réalisé et installé en 1927 cette porte qui fermait soit l'atelier, soit la salle de bains, ou pouvait rester ouverte entre les deux pièces. C'était un ready-made pratique, qui a précédé la fameuse roue de bicyclette de quelques années, et qui a aussi fini dans un musée.
Philippe Renaud prend également pour sujet une autre porte, célébrissime celle-là. Celle de Étant donnés : 1° la chute d'eau / 2° le gaz d'éclairage installée au Philadelphia Museum depuis 1969, et qui transforme le spectateur en voyeur. A travers deux petits trous percés dans une porte à la hauteur des yeux, il peut apercevoir un corps de femme nu dans un paysage, au visage invisible mais jambes écartées...

2012
Editions Coaltar
Genève

Vasile ROBCIUC - Caietele / Cahiers / Notebooks
Tristan Tzara - Tomes 3 et 4

Sommaire :

L'avant-garde et ses avatars. Manifestes dada
Dada et son étape roumaine
Dadaïsme / Surréalisme et autres « ismes »
L'avant-garde et les aventures de la modernité
À proximité de l'avant-garde
Sous le signe des avant-gardes contemporaines
Productions poétiques pour les « Cahiers Tristan Tzara »
L'esprit dada et le théâtre contemporain
L'avant-garde - son écho dans l'histoire des arts contemporains
L'avant-garde et son univers sonore
Sur dada et autour des « Cahiers Tristan Tzara »

2013
Moinesti, Roumanie
Docuprint – Bacau, România
989 pages
ISSN 1584-8825

Pour commander : <vasilerobciuccla@yahoo.com>

Serge Sanchez - Man Ray

On a si naturellement tendance à penser à Dada et au surréalisme comme des phénomènes essentiellement européens (sinon français) qu'on en oublierait presque que l'une de leurs plus grandes figures était un Américain. Et on a si naturellement tendance à associer le nom de Man Ray à la photographie qu'on en oublie qu'il n'était pas seulement photographe, et peut-être aussi, comme nous invite à le penser la biographie que vient de lui consacrer Serge Sanchez, qu'il n'était même pas avant tout un photographe.

suite

Éditeur : Gallimard
Collection : Folio biographies
Date de publication : 20/05/14
N° ISBN : 978-2-07-044933-0

Ben VAUTIER - La Vie ne s'arrête jamais -

50 ans de performances de Ben

"l'art n'est que de l'ego
à la recherche d'un nouveau"
illustrations aussi
du "tout est art"
de Dada et Duchamp et Cage

2012
Editions Favre SA, Lausanne, Suisse
168 pages
19,95 euros
ISBN : 978-2-8289-1304-5

Giovanna ZAPPERI - L'artiste est une femme : la modernité de Marcel Duchamp
Par ses multiples transformations, travestissements et jeux identitaires, Marcel Duchamp a entrepris de redéfinir un topos aussi ancien que l'art : la figure de l'artiste comme individu singulier et masculin. À New York, entre 1915 et 1923, Duchamp développe un intérêt grandissant pour son image photographique, le plus souvent en lien avec son ami et confrère Man Ray. La métropole américaine, symbole de la modernité et du capitalisme triomphant, éloignée de la guerre et de ses appels à la virilité, est le théâtre idéal de cette remise en cause radicale du rôle de l'artiste. Dans ce contexte, la montée en puissance d'une modernité marquée par l'image d'une femme émancipée et désirable aura un rôle déterminant dans la fabrication de l'image de Duchamp. Le personnage de Rrose Sélavy, alter ego féminin qu'il adopte dès 1920, exprime toute l'ambivalence de son renoncement à la masculinité. Entre recherche identitaire et artistique, entre culture d'élite et culture de masse, entre masculinité et féminité, son image ambivalente ouvre des possibilités d'identification qui ne cesseront de travailler l'art du XXe siècle.

13/06/2012
PUF - Collection : Lignes d'art
21 euros
ISBN-10: 2130606547

Michel SANOUILLET - Dada à Paris

"Vaste chronique inégalée". Laurent Le Bon, commissaire de l'exposition Dada au Centre Pompidou.

2005
CNRS Éditions
652 p.
17 x 24 cm.
33,25 euros
ISBN : 227106337X
Lire la présentation


MARCEL DUCHAMP - Duchamp du signe suivi de Notes.
Écrits réunis et présentés par Michel Sanouillet et Paul Matisse.
Nouvelle édition revue et corrigée avec la collaboration de Anne Sanouillet et Paul B. Franklin.

En l'espace d'un siècle, le patronyme de Marcel Duchamp est passé d'un chuchotement confidentiel entre quelques centaines d'amis parisiens à un déferlement de millions de références éparses sur les bases de données mondiales. Certes cette omniprésence est surtout due à ses attentats historiques contre l'art traditionnel, des ready-mades jusqu'aux grandes "machines" mythiques, La Mariée mise à nu ou Étant donnés. Mais le scandale passé, l'on ne peut échapper au questionnement fondamental : "Qu'est-ce qui distingue un Duchamp d'un Rembrandt ?". Ce qui transparaît dans la vision de ses oeuvres c'est qu'elles sont sous-tendues par des textes mûrement réfléchis. L'examen des écrits pour la première fois ici réunis dans Duchamp du signe et dans Notes donne une idée de la variété des formes et des fonctions de la recherche linguistique duchampienne. Nous sommes loin de la littérature, bien en deçà même du degré zéro de l'écriture. Adieu les effets de manches, les imparfaits du subjonctif chers à Breton : avec Duchamp, un écrivain cède le pas à un écriveur !

2008
Flammarion
430 pages
Broché
25,50 euros
ISBN : 2080116649

Regarder la présentation de Duchamp du signe par Olivier Barrot.


Tristan TZARA - Dada

Photocopie intégrale et dossier critique de la revue
publiée de 1916 à 1922 par Tristan TZARA.
Centre du XXe siècle
Tome I : ISBN 2902311176 
21 x 29,5 - 134 pages
Tome II : ISBN 2902311192 
21 x 29,5 - 282 pages
40 euros pour les deux tomes
(pas vendus séparément)
Présentation et instructions
pour commander directement à l'éditeur
:

Francis PICABIA - 391

Photocopie intégrale (avec l'autorisation de l'auteur) et dossier critique de la revue publiée de 1917 à 1924 par Francis Picabia. 
Centre du XXe siècle
Tome I : ISBN 2902311338 
27 x 21 - 158 pages
Tome II : ISBN 2902311346 
27 x 21 - 286 pages
40 euros pour les deux tomes
(pas vendus séparément)
Présentation et instructions
pour commander directement à l'éditeur
: