Le mouvement Dada
Marcel Duchamp
Francis Picabia
Man Ray
Tristan Tzara
Kurt Schwitters
Actualités Dada
- Expositions Dada
-
Livres Dada récents
-
Événements Dada
-
Cinéma, musique Dada
-
Dada CD et DVD
Bibliographie Dada
Présentation Dadart
Téléchargement gratuit
Catalogue publications
Liens dadaïstes
Accueil

dadagildaeugene

Dada événements

Quand Vincent Van Gogh rencontre Marcel Duchamp

Van Gogh et Duchamp, ces deux monuments de l'art du XXe siècle, sont-ils réellement si éloignés l'un de l'autre ? La Fondation Van Gogh va se pencher sur la question, vendredi et samedi [30-31 janvier 2015], à l'occasion d'un symposium qui va réunir, dans un même élan, à la chapelle du Méjan, Arles, spécialistes et artistes, autour de Bice Curiger, la directrice artistique de la Fondation. "Je ne voulais pas faire une chose rien qu'avec des spécialistes de Van Gogh et Duchamp, cela aurait été trop difficile d'accès, je voulais mélanger avec des artistes vivants, dont le point de vue est toujours intéressant, et qui ont une connaissance de l'histoire de l'art différente de celle des spécialistes, indique Bice Curiger. Ce n'est pas souvent que l'on fait ce mélange, et il permettra d'apporter un autre ton. Je trouve cette démarche très intéressante, on secoue un peu les conventions qui existent dans les musées."

Et peut-être ce savant mélange permettra de confirmer que Van Gogh et Duchamp sont comme "l'huile et l'eau", comme le dit l'intitulé du symposium. À moins que cette "incompatibilité" ne soit qu'un cliché, finalement ? Voilà bien l'enjeu de ce rendez-vous, auquel participeront de nombreuses personnalités, comme, entre autres, Jean de Loisy, président du palais de Tokyo, Nicolas Bourriaud, directeur de l'école nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, ou Nathalie Heinich, sociologue de l'art, qui ouvrira les débats vendredi à 10h30, après les discours d'ouverture de Maja Hoffmann, présidente de la Fondation Van Gogh, et Bice Curiger. Des débats qui sont naturellement ouverts à un public toujours avide d'en apprendre un peu plus sur Van Gogh, dont l'empreinte à Arles est encore si vivace. "On a déjà presque une centaine de réservations", apprécie Bice Curiger, qui espère bien présenter un symposium chaque année. "Il y a d'autres thèmes que je voudrais aborder", conclut-elle.

Van Gogh-Duchamp, huile & eau ?, réservation : symposium@fvvga.org

Christophe Vial - La Provence.com - 27 janvier 2015

Un spectacle ludique et joyeux

Faire revivre l'esprit dada, son inventivité et sa dérision pour un spectacle mêlant danse et musique, c'est toute la trame d'Oh. Une vraie symphonie pour bruit et danse de carton mis en scène par Jean-Christophe Bleton.

Vos deux compagnies, les Orpailleurs et Odyssée ensemble et cie n'avaient jamais travaillé ensemble et pourtant vous aviez chacun un projet autour de Dada ?

J'avais déjà vu le travail d'Odyssée et entendu Serge Desautel au hasard d'une présentation de saison interpréter un extrait de l'Ursonate de Schwitters. J'avais trouvé cela passionnant et gardé cette idée au fond de ma tête. J'avais depuis longtemps envie de travailler sur le mouvement Dada né pendant la Première Guerre mondiale d'un groupe d'artistes qui finalement veut dénoncer le n'importe quoi de cette guerre. L'Ursonate a été composée par Schwitters qui n'était pas musicien, il aurait passé dix ans d'abord à apprendre ce qu'était une sonate. L'Ursonate a été construite pour une voix seule sur une phrase absurde née de lettres d'imprimeries tombées au sol. D'ailleurs des extraits de cette Ursonate émaillent les quatre actes du spectacle Oh.

J'ai donc contacté Serge Desautel pour lui demander si par hasard il avait enregistré l'Ursonate, si je pouvais l'utiliser dans mon projet et là il me dit qu'il a lui aussi un projet sur Dada. Nous avons passé une journée ensemble et fini par nous dire que nos manières de travailler ont quelque chose de commun. Ensemble, nous avons beaucoup travaillé sur Dada, nous nous sommes beaucoup documentés.

Cette collaboration s'est concrétisée dans Oh ? [...]

Mâcon scène nationale, samedi 31 janvier à 17 heures

JSL Macon - le 29/01/2015

Dada, entre danse et musique

Oh ! C'est le titre percutant d'un spectacle tout public qui associe théâtre musical et danse contemporaine dans un hommage au mouvement Dada

Le dadaïsme aura bientôt 100 ans. Il a provoqué sans doute bien des Oh ! amusés, choqués ou scandalisés, ce mouvement intellectuel et artistique né en réaction à l'horreur et à l'absurdité de la 1ère guerre mondiale : puisque l'ordre et la mesure n'avaient pas empêché le chaos, autant bannir toutes formes de règles et de conventions, et voir ce qui se passe ! Tel a été le raisonnement des artistes réfugiés à Zurich en 1916. Et partout, en Europe et aux USA, ils sont passés à l'acte avec d'autant plus de jubilation que la guerre s'étant arrêtée, la vie reprenait ses droits. Au-delà de leurs frasques et de leurs soirées qui finissaient en pugilat, les Dadaïstes ont exercé une influence décisive sur l'art contemporain. Ils ont tout osé (jusqu'à exposer un urinoir comme un objet d'art), brisant les frontières entre les disciplines, inventant de nouveaux matériaux et nouvelles pratiques comme le collage.

L'image et le son

C'est à cet esprit de création débridée que le spectacle Oh ! rend hommage. Tout y est vivant : les danseurs, les musiciens et les objets. Toujours en mouvement, les cartons jouent avec les corps des danseurs, produisant pour l'oeil du spectateur des collages étonnants et éphémères. Par leurs gestes les 2 danseurs, qui apparaissent rarement en entier, répondent aux musiciens. Acteurs à part entière, ceux-ci ne jouent pas classiquement d'un instrument, ils entrent dans le jeu théâtral avec leur instrument, cuivres et percussions mais aussi cartons qui à l'occasion deviennent caisses de résonance.

Un spectacle joyeux, plein d'images, de sons et de mouvements accessibles à tous (dès 6 ans) par ses qualités ludiques et poétiques.

Mâcon scène nationale, samedi 31 janvier à 17 heures

Tarif 24 euros à 14 euros.
16 euros (1 parent, 1 enfant– - 12 ans).
Tél : 03 85 22 82 99

JSL Mâcon du 23 janvier 2015